CHIRURGIE, MICROCHIRURGIE DE LA MAIN  ET DU  POIGNET

 

Centre Aquitain de la Main et du Poignet © 2018 tous droits reservés   |  Mentions Legales 

 

 

Les soins post-opératoires sont effectués par une infirmière à domicile ou par les infirmières de nos services sous le contrôle du Chirurgien responsable si votre plaie le nécessite.

 

 

    Qu'est-ce qu'un pansement ?

 

Un pansement est un dispositif occlusif stérile permettant de recouvrir une plaie opératoire ou traumatique

située sur la peau. Le pansement a plusieurs buts fondamentaux :

 

   - protéger la plaie (contre une infection, une irritation),

   - permettre une meilleure cicatrisation en conservant l'humidité de la plaie,

   - faire cesser un saignement minime en comprimant les petits vaisseaux,

   - rapprocher les berges d'une plaie (pour raccourcir la durée de cicatrisation et limiter les séquelles esthétiques),

   - apporter un confort et diminuer la douleur de la plaie.

 

La cicatrisation est l'histoire naturelle d'une plaie, d'une nécrose ou d'une brûlure aboutissant à une cicatrice séquellaire, plus ou moins visible. La cicatrisation correctement menée aboutie à une ré-épithélialisation de la plaie qui s'effectue en moyenne en une quinzaine de jours. Cependant, certaines pathologies ou facteurs de risque (tabac, alcool, diabète, mauvaise alimentation) peuvent augmenter le temps de cicatrisation.

 

Un pansement est un acte para-médical qui doit être effectué dans des conditions normées. C'est un soin propre mais non stérile. Au moindre doute (aspect de la plaie à l’ouverture du pansement en place, douleur, rougeur etc…) le patient doit consulter son médecin traitant ou son chirurgien s’il s’agit d’un pansement post-opératoire. Une plaie peut parfois évoluer vers une infection ou une surinfection locale ou vers une cicatrisation atone malgré les pansements prolongés. C'est alors au chirurgien de prendre la décisionx  d'un geste chirurgical de reprise ou de mise à plat d'un sepsis ou encore d'un changement de protocole.

 

Le pansement doit être propre : il doit être changé régulièrement, en règle générale tous les deux jours ou tous les jours pour une plaie simple ou pour la cicatrisation dirigée d'une plaie propre et bourgeonnante ; tous les jours pour une plaie exsudative, saignante ou sale ; plusieurs fois par jour éventuellement pour une plaie infectée.

 

Le pansement doit être indolore : les gestes doivent être doux et patients ; il faut humidifier préalablement le pansement sec et cartonné, il faut utiliser des pansements adaptés et non adhérents : c'est l'intérêt des nouveaux types de pansement colloïdaux. Il faut encadrer le geste du changement de pansement par la prise d'antalgiques en particulier pour le premier pansement.

 

Le Pansement doit être  "le Plus Petit Possible" c'est la règle des 4P de Raymond Vilain: le pansement ne doit pas gêner la mobilité des articulations de voisinage ; la commissure entre chaque doigt et les articulations doivent être libres. " Ne pas aveugler les pulpes " pour garder une des fonctions fondamentales du doigt : toucher et sentir.

 

Le pansement ne doit pas empêcher la main de bouger : la main doit bouger, elle ne doit pas être immobilisée par une écharpe ou une épaulière. Le patient doit lutter contre l'œdème en surélevant sa main au-dessus du plan du cœur et en fléchissant et en allongeant les doigts pour éviter la stase veineuse préjudiciable. Les différents types de pansements : La plupart des pansements sont conditionnés stérilement ; ils doivent donc être manipulés en respectant les règles définies ci-ssus. Pour une bonne cicatrisation :

 

   - ne pas mouiller le pansement

   - ne pas salir le pansement

   - ne pas refaire soi-même le pansement

   - éviter les contacts directs de la plaie avec les enfants, les plantes, l'herbe...

   - avoir une alimentation équilibrée et riche en protéines

   - bien s'hydrater

   - Ne pas FUMER

   - surveiller sa température corporelle

   - surveiller l'aspect du membre (pas de gonflement, pas de sensation de chaleur, ni de rougeur, ni d'écoulement) respecter le traitement

      médicamenteux prescrit par le Chirurgien

 

Il existe différentes types de pansement :

Le pansement le plus utilisé en Chirurgie de la main est le pansement "siliconé" : c'est un pansement adhésif et sans résidus qui a un intérêt dans la prévention des cicatrices hypertrophiques ; Il ne peut être utilisé que sur une plaie cicatrisée et parfaitement propre.

 

Effets indésirables des pansements :

Le patient peut être allergique à l'un des composants du pansement : film plastique, gel, adhésif.

 

   - un pansement trop adhésif ou desséché peut être douloureux à l'ablation.

   - un pansement non transparent peut gêner l'inspection de la plaie.

   - un pansement trop occlusif entraîne des risques de macération, ce qui favorise les infections.

 

Après le pansement…quand la plaie est guérie, il reste la cicatrice :

Lorsque la plaie est cicatrisée, les éventuels fils de sutures sont ôtés vers le 15e jour. Un pansement sec ou étanche peut être laissé en place 24 ou 48heures puis plus RIEN. Un pansement n'est pas une protection et il faut libérer les zones blessées en particulier si elles sont mobiles de toute contrainte afin de récupérer la motricité et la sensibilité ainsi que les extrémités libres pour pouvoir effectuer une surveillance. La cicatrice va évoluer dans les 6 mois qui suivent. Il faut surveiller l'apparition d'une rétraction ou d'une cicatrice hypertrophique ou chéloïde qui pourront être traitées. Il faut masser la cicatrice quotidiennement et conserver une hydratation suffisante en particulier en période hivernale ; l'usage de pommade hydratante est conseillé. Pendant la première année l'exposition de la cicatrice est déconseillée et une protection locale ou par une crème écran totale (indice sup. à 50) est utile.

 

 

LES SOINS INFIRMIERS