CHIRURGIE, MICROCHIRURGIE DE LA MAIN  ET DU  POIGNET

 

Centre Aquitain de la Main et du Poignet © 2018 tous droits reservés   |  Mentions Legales 

 

 

PATHOLOGIES 

ARTHROSE

    L’arthrose est une usure du  cartilage qui recouvre l’extrémité osseuse au niveau d’une articulation.

Ce cartilage a pour but de permettre le glissement au niveau de cette articulation.

   Elle peut faire suite à un traumatisme, une maladie (polyarthrite rhumatoïde) ou bien survenir sans cause précise.

Elle se manifeste par une articulation gonflée, des douleurs chroniques ou des crises douloureuses ponctuelles. Les douleurs ne sont pas proportionnelles à l’importance de la destruction articulaire.

Des douleurs peuvent être soulagées par la suppression des nerfs innervant l’articulation (dénervation) ou bien par le blocage de l’articulation (arthrodèse).

Dans ce dernier cas, la décision doit être mûrement réfléchie car le retour en arrière n’est plus possible.

 

Des déformations secondaires à des ruptures ou des élongations des tendons ou des ligaments, font appel à des techniques spécifiques de réparation.

L’articulation peut être remplacée, selon les cas, par une prothèse. Toutefois, les mobilités retrouvées ne sont jamais complètes.

Enfin, le travail des kinésithérapeutes et ergothérapeutes est indispensable tout au long de la prise en charge, pour assurer une récupération la plus complète possible.

Des kystes articulaires (synoviale inflammatoire) peuvent survenir. La mobilité de l’articulation est perturbée. A un stade avancé, le doigt peut se déformer.

 

La radiographie montre un espace rétréci de l’articulation (pincement articulaire), une articulation élargie (ostéophytes), des trous (géodes) dans les extrémités osseuses.

 

Le traitement est fonction de l’état de l’articulation, de la mobilité résiduelle et de l’état des tendons faisant fonctionner l’articulation.

- Lors des crises, les antalgiques et les anti-inflammatoires suffisent le plus souvent. Parfois, des infiltrations (corticoïdes) sont nécessaires.

- Entre les crises, les attelles portées la nuit soulagent et retardent la déformation.

- L’injection intra-articulaire de « régénérant » cartilagineux qui est faite dans de grosses articulations n’est pas encore validée pour les petites articulations.

- A un certain stade, le traitement chirurgical ne peut plus être évité. Il fait appel à des techniques diverses en fonction de la gêne et de l’état des structures avoisinantes.

Un simple kyste peut être retiré mais la récidive est très probable en raison de l’évolution de la maladie.